Léon Bloy – Le salut par les juifs

La grande affaire de Bloy est d’être le contempteur d’un monde, d’un siècle, d’une humanité même, dont il se sent et se veut le banni – « je souffre une violence infinie et les colères qui sortent de moi ne sont que des échos, singulièrement affaiblis, d’une Imprécation supérieure que j’ai l’étonnante disgrâce de répercuter », met-il dans la bouche de Caïn Marchenoir.
L’horreur que lui inspire la déchéance du Christ dans l’Eglise, dont il exhausse un anticléricalisme ravageur, la honte où il tient tout ce qui peut s’apparenter à la moindre compromission avec la société de son temps, l’effroyable mélancolie où le plonge cette intuition que les humains ne trouveront jamais leur bon plaisir que dans le reniement d’un Idéal et dans la consommation de la jouissance, sans l’once d’un souci de justice sociale et spirituelle (« je suis en communion d’impatience avec tous les révoltés, tous les déçus, tous les inexaucés, tous les damnés de ce monde« ), font de lui un de ces êtres inapaisables, taraudés par la douleur de vivre et la souffrance d’être.
Son génie aura peut-être été de donner à cet apocalyptisme une forme de sublimité, une expression qui doit autant à son mysticisme qu’au réalisme le plus cru.

ACHETER SUR BOOK DEPOSITORY

ISBN : 9781648583667
Format : Livre de poche
Nombre de pages : 100
Dimensions : 152 x 229 x 6 mm